Vélo électrique E bikes – Berne

Nos Vélo Eléctrique

Achat bons vélos électriques Berne

De Vinci a inventé le vélo ?

Le brouillon et la feuille incriminés datent de 1493 et appartiennent au Codex Atlanticus de Léonard de Vinci, un ensemble d’environ 1300 papiers rassemblés par le sculpteur Pompeo Leoni (1531-1608). Dans une esquisse, certainement pas autographe, sont anticipées de presque trois siècles ces petites découvertes qui ont conduit à l’invention de la bicyclette moderne. Mais selon toute vraisemblance, il s’agit du produit d’une plaisanterie banale, voire un peu vulgaire, que les passionnés de Léonard ont transformé en un petit polar historique qui a intrigué et amusé au point de devenir l’un des symboles des musées de Vinci (surtout pour les souvenirs de Léonard). Cette esquisse est-elle donc de Léonard ou d’un élève copieur ? Ou bien est-ce l’œuvre d’un troisième œil “inconnu” qui, après avoir appris à le connaître, redessine le vélo moderne en trafiquant la feuille de Léonard ?
À ce doute s’ajoutent les mystères liés à la découverte du dessin, qui n’a eu lieu que dans les années 1960 par les moines de l’atelier de restauration de Grottaferrata (Rome). Les moines restaurateurs se sont retrouvés face à deux feuilles pliées en deux et collées ensemble, probablement par Pompeo Leoni, pour couvrir des dessins obscènes qui y figuraient.
C’est ainsi que d’étranges croquis sont apparus, dont un en particulier, très semblable à la bicyclette. Le premier à le remarquer fut l’éminent universitaire Agusto Marinoni (1911-1997), qui publia la découverte en grande pompe et fut accusé de “faux” par la moitié du monde universitaire, avec tout autant de critiques. L’érudit pense qu’il s’agit du croquis d’un élève qui a copié, bien que de manière puérile, le projet probablement perdu de Léonard. Son attention se porte sur Gian Giacomo Caprotti, dit Salaì, selon les biographes filleul, élève, et pour d’autres même amant du maître. Cependant, à l’heure actuelle, personne n’est en mesure de prouver qui a trafiqué le papier ces derniers temps, bien que certains n’aient jamais caché leurs soupçons d’une farce fantastique jouée par Marinoni dans le dos de ses amis savants.

D’autres chercheurs ont tenté de démontrer scientifiquement que les dessins contenus dans la même feuille, qui représentent deux symboles phalliques avec des jambes et une queue et la caricature d’un personnage portant le nom clair de Salaj, pour une fausse pudeur souvent coupée des livres d’histoire, sont au contraire des dessins originaux de l’époque. Probablement le produit d’une plaisanterie, ou plutôt d’un jeu goliardique, entre les élèves de l’atelier du grand artiste au détriment de Salaj ou de leur maître.
Mais qu’en est-il de ce vélo ? Comme l’ont souligné d’autres chercheurs, dont Pedretti, la façon dont il est dessiné, les deux couleurs utilisées, en particulier la couleur brunâtre du fusain, les jantes de la roue absolument imparfaites et peu sûres, ne sont pas de Léonard, ni l’œuvre de ceux qui ont réalisé les autres dessins obscènes avec des fusains et des couleurs différents. De plus, l’esquisse fait un angle avec les goliardes, comme si elle avait été réalisée plus tard dans un coin de la feuille laissé vierge par les garçons maladroits de l’atelier de Léonard ; ou, à l’origine, il s’agirait d’un gribouillis retravaillé par une troisième main à une date ultérieure. Cela nous ramène à l’hypothèse initiale : une double plaisanterie, à des moments différents, au détriment du mythe du Génie de Vinci et des nombreux fans du Maître. Un tour joué d’abord par les élèves de son atelier et plus récemment par certains de ses savants passionnés. Et ce n’est pas surprenant que quelqu’un l’ait cru. Tout est attribué à Leonardo maintenant !

  • Comment fonctionne un vélo électrique ?
  • Puis-je me passer de pédaler ?
  • Quelle est l’autonomie d’un e-bike à Berne ?

Voici quelques-unes des questions les plus courantes liées au monde des vélos électriques auxquelles nous répondrons dans ce guide.

Les vélos électriques, également appelés ebikes ou à pédalage assisté, sont un moyen de transport de plus en plus populaire dans notre pays grâce à la prime à la mobilité, une contribution égale à 60% des dépenses engagées également valable pour l’achat de vélos normaux et de véhicules de mobilité personnelle à propulsion majoritairement électrique (par exemple les scooters, les hoverboards et les segways).

Pour aller dans le détail, les ebikes sont des vélos équipés d’une batterie et d’un petit moteur électrique qui permet d’éviter la fatigue lorsque cela est nécessaire. La poussée électrique nous aide, par exemple, dans les redémarrages ou les montées, ne nous fait pas transpirer et permet également de couvrir de plus grandes distances.

Du point de vue législatif, le vélo électrique est assimilé à un vélo traditionnel avec, par conséquent, la possibilité de rouler sur des pistes cyclables et des zones à circulation limitée. Nous vous rappelons également que, selon le Code de la route, le moteur électrique ne doit pas dépasser 250 watts de puissance, avec l’assistance électrique qui doit toujours être subordonnée au pédalage et doit être désactivée dès que la vitesse dépasse 25 km/h.

Un moyen de plus en plus populaire, disponible pour tous les besoins et pour tous les budgets grâce au vélo bonus. Il s’agit d’une contribution égale à 60 % des dépenses engagées  valable également pour l’achat de bicyclettes normales et de véhicules de mobilité personnelle à propulsion principalement électrique (par exemple, scooters, hoverboards et segways).

Pourquoi acheter un vélo électrique ?

Commençons par les questions les plus courantes : comment fonctionne un vélo électrique et quels types de modèles sont disponibles sur le marché ?

Un vélo à pédalage assisté, également appelé vélo électrique ou e-bike, est un vélo normal sur lequel sont installés un moteur électrique, une batterie et un système électronique de gestion. Composants qui aident le cycliste à pédaler, le moteur évitant la fatigue lorsque cela est nécessaire. La poussée électrique nous aide, par exemple, dans les redémarrages ou les montées, ne nous fait pas transpirer et nous permet également de couvrir de plus grandes distances.

Il existe de nombreux modèles disponibles sur le marché pour tous les besoins ; des modèles classiques de ville avec garde-boue et porte-bagages aux solutions compactes et pliables, faciles à transporter en voiture. Il y a aussi, bien sûr, des VTT et des vélos électriques pour les amateurs de tout-terrain.

Puis-je me passer de pédaler ?

Non, sur les e-bikes, le moteur est activé par le pédalage du cycliste. Selon la loi, les vélos électriques ne peuvent pas être équipés d’un accélérateur, et l’assistance électrique doit toujours être subordonnée au pédalage. En outre, de nombreux vélos électriques sont équipés de multiples modes d’assistance au pédalage, qui peuvent également être personnalisés par l’utilisateur.

Qu’est-ce que l’autonomie d’un e-bike ? Comment recharger un vélo électrique ? Combien coûte la recharge de la batterie ?

L’autonomie de l’e-bike dépend de la capacité de la batterie installée. En général, les vélos électriques vous permettent de couvrir de longues distances sans difficulté, vous permettant de parcourir jusqu’à 100 km avec une seule charge de batterie. Plus la capacité de la batterie est grande, plus l’autonomie, le coût et le temps de recharge sont bien sûr importants.

Les batteries peuvent être rechargées par n’importe quelle prise de courant. En outre, de nombreux modèles de vélos électriques utilisent des piles amovibles qui peuvent être facilement transportées à la maison ou au bureau. Le coût de la recharge dépend de la capacité de l’accumulateur, généralement de quelques centimes seulement.

Que dit le code de la route ?

Du point de vue législatif, le vélo électrique est assimilé à un vélo traditionnel avec, par conséquent, la possibilité de rouler sur des pistes cyclables et des zones à circulation limitée. Nous tenons également à rappeler que, selon le code de la route, le moteur électrique ne doit pas dépasser 250 watts de puissance, avec une assistance électrique qui doit toujours être subordonnée au pédalage et doit être désactivée dès que la vitesse dépasse 25 km/h. En outre, les vélos électriques ne nécessitent ni casque, ni permis de conduire, ni assurance.

Un vélo peut-il devenir un e-bike pour un habitant de Berne ?

Oui, il existe de nombreux kits disponibles sur le marché qui permettent de transformer un vélo normal en e-bike. Ces produits peuvent être adaptés à la fois aux modèles classiques de route/ville et aux vélos de montagne. Kits qui ajoutent un moteur, une batterie, des systèmes de contrôle, un écran LCD et d’autres composants à un vélo normal.